jeudi 22 octobre 2020
Achat BTC
Accueil / Actualités / Démantèlement d’un trafic de Bitcoins en France

Démantèlement d’un trafic de Bitcoins en France

Auteur :

Un premier trafic de Bitcoins en France vient d’être démantelé dans le Sud de la France. La raison précise de l’arrestation est encore floue, on sait néanmoins qu’il s’agirait d’une plateforme internet illicite d’échange de Bitcoins, et que la raison marquée sur la perquisition serait un « exercice illégal d’opérations de banque ». Selon certaines rumeurs, il s’agirait de la bourse d’échange bestxchanger.com (actuellement plus accessible…).

Bitcoin : démantèlement d'un trafic en France

Bitcoin : démantèlement d’un trafic en France

Ce coup de filet – le premier en Europe – a vu l’interpellation d’un tunisien déjà condamné pour escroquerie en bande organisé ainsi qu’un français qui lui a été mis en examen pour « exercice illégal de la profession de banquier ». Cette plateforme ne serait pas reconnue par l’ACPR, un organisme de supervision français. Rappelons que Paymium, une bourse d’échange française bénéficie elle d’un accord avec Aqoba qui lui dispose de l’agrément de l’ACPR pour stocker les fonds en euros des clients. En Allemagne, la bourse Bitcoin.de fait la même chose avec la Fidor Bank.

Un premier trafic démantelé en Europe, 388 BTC saisis

Tout un symbole pour l’Europe, c’est là le premier trafic démantelé en Europe. Rappelons qu’aux Etats-Unis, le scandale Silk Road a fait la une de nombreux journaux, avec une première vente aux enchères des Bitcoins saisis, pour plus de 20 millions de dollars.

Dans le cas du trafic français, ce sont 388 BTC qui ont été saisis, soit environ 200.000€ au cours actuel. La gendarmerie a également mis la main du 9.000€ en numéraires ainsi que du matériel informatique qui pourrait encore posséder des portefeuilles de Bitcoins…

Les chiffres sont effarant : ente novembre 2013 et juillet 2014, ce sont 2.750 transactions qui ont été enregistrés sur leur site, pour plus d’un millions d’euros. Sur ces dernières, les deux suspects prélevaient des commissions de 35% à 50%, prétextant la forte volatilité de la devise électronique.