mercredi 11 décembre 2019
Achat BTC
Accueil / Actualités / La Commission des Finances du Sénat valide le Bitcoin

La Commission des Finances du Sénat valide le Bitcoin

Auteur :

La Commission des Finances du Sénat vient de sortir un rapport plutôt positif pour le développement du Bitcoin. Les élus voient dans les devises électroniques et la décentralisation un atout plutôt qu’un risque. Cela va donc à l’inverse de l’avertissement lancé par l’AMF il y a quelques semaines, qui mettait en garde les utilisateurs, bien qu’aucune plainte n’ait encore été déposée.

Le sénat approuve le Bitcoin

Le sénat approuve le Bitcoin (et ses bienfaits)

Dans le rapport du Sénat, le président Philippe Marini et le rapporteur général François Marc ont reconnu les bienfaits d’une telle devise. La France comme un future acteur prépondérant dans le développement des crypto-monnaies ? François Marc répond : « Il est clair que la France a une carte à jouer ». Pour le moment, le pays n’est pas aussi ouvert que les Etats-Unis ou le Canada, mais pas aussi hostile que la Russie ou la Chine.

Sénat : Certes il y a des risques, mais surtout des opportunités

Un peu comme l’AMF, le Sénat pointe tout d’abord les risques inhérents à l’investissements dans le Bitcoin. Il s’agit évidemment de la volatilité, qui peut rapidement creuser les pertes des investisseurs, mais également le problème de la sécurité. En soi, « le protocole est très sécurisé », mais « il n’en va pas de même pour les solutions de stockage ». Tous les amateurs de Bitcoins ont encore un froid dans le dos lorsque l’on aborde l’échec de Mt.Gox.

De manière assez surprenante (mais très optimiste), le rapport met en lumière les opportunités liées au Bitcoin :

« Se concentrer uniquement sur les risques – ce qu’il faut néanmoins faire – revient à ignorer les multiples opportunités qu’ouvrent les monnaies virtuelles. Ce n’est pas parce qu’une innovation peut mettre au défi certaines de nos conceptions traditionnelles qu’il faut les rejeter en bloc »

C’est notamment les faibles frais de transactions qui sont mis en avant. Ensuite, c’est la technologie en elle-même, qui séduit de plus en plus de banques. Sa sécurité impressionne François Marc :

« Ainsi, il n’y a pas de stockage en un seul lieu ou dans un seul outil informatique des éléments d’information, qui pourraient permettre à une personne de pirater le système. Il s’agit d’une innovation remarquable »

Pour comparer l’évolution du Bitcoin, François Marc rappelle les débuts de la fameuse Carte Bleue, qui n’ont pas été sans défis.

« Réguler efficacement sans « tuer » l’innovation »